logo musee mili perigord (1)Darius_03

Dimanche 15 juillet : ……………………16h30 à la Cathédrale Saint Front

« Messe de la Délivrance » de Théodore Dubois composée pour célébrer la fin de la « Grande Guerre » de 14-18.
Ce projet a obtenu le label « Centenaire ».

Partition pour deux Grand Chœur (Ensemble vocal de Périgueux et Ensemble vocal Arnaut de Mareuil), Choeur phillarmonique de Scheffield, Choeur Pro Musica de Sainte Foy la Grande, choeur de l’orchestre du stage Dubois ; Karen Broughtown, soprano, Lucas Pauchet, ténor , Andrew Greenan, baryton ; chef de chœur : Patrick Hilliard, et Orchestre (40 musiciens). Avec Christopher Hainsworth, à l’orgue Merklin Darius Battiwalla, à l’orgue de choeur. La famille du compositeur sera présente.

Une œuvre majestueuse. Un Concert pour illustrer en musique un Devoir de Mémoire.

 Programme :
extraits du Requiem de Brahms,
création fanfare pour L’armistice 1918  de  Philip Singleton,
Messe de la délivrance de Théodore Dubois. 

Découvrez le programme

Patrick Hilliard
Patrick fait ses études en Angleterre. Il apprend le piano et l’orgue au lycée où il chante à la maîtrise dès l’âge de sept ans. Il dirige son premier concert comme chef de choeur à 15 ans et accompagne
choeurs et solistes en concert. Il étudie la musicologie et l’interprétation à la faculté de Reading sous la direction de Peter Wishart, compositeur, avant d’intégrer le « Royal Northern College ofMusic »
Il étudie l’accompagnement au piano avec David Lloyd (accompagnateur de Jack Brymer et Elizabeth Harwood) et suit des masterclass avec Hugues Cuénod et Geoffrey Pratley (Paul Tortelier,Janet Baker) En 1986 il remporte le concours national « Peter Pears » pour chanteurs et accompagnateurs à l’Académie Royal de Musique à Londres.
Installé en France depuis 1986 il est successivement pianiste accompagnateur à Brive, Tulle, Agen et Bordeaux avant d’être titularisé comme professeur d’enseignement artistique à Toulon en 2001. Il se produit en concert avec Michel Piquemal, Béatrice UriahMonzon, Dr.Atarah BenTovim et la maîtrise de Radio France et collabore avec Jean-Marc Andrieu, Joëlle Suhubiette, Michel Laplénie ou Hélène Guy lors de stage de choeur. Il dirige plusieurs choeurs dont celui de l’opéra de Toulon et le stage du festival du HautQuercy (de 1990 à 2009) Il est également intervenant lors des formations de chef de choeurs pour le D.E. à Montauban et à Aix en Provence. Il accompagne plusieurs productions de l’opéra de Bordeaux de 1997 à 2000 et collabore avec Opéra Bastide (Bordeaux) et le festival de St.Céré.
En tant de chef de choeur, pianiste ou organiste il se produit à l’étranger en Bulgarie, Pologne, Chine, Portugal ou Allemagne se produisant aux télévisions ou radios nationales.Il favorise particulièrement l’accès aux pratiques amateurs par le biais du chant choral.
Son affection pour la musique de la fin du 19ième siècle a donné lieu à plusieurs enregistrements originaux de musique pour piano ou choeur.
La Messe de la Délivrance…….
Exécutée la première fois en 1919 à Orléans, ville hautement symbolique, la Messe de la Délivrance célèbre la paix retrouvée après le retrait des troupes allemandes de la France à la fin de la Première Guerre Mondiale. On remarquera les accents militaires à la fin des différents mouvements de la messe . C’est aussi une ode à Jeanne d’Arc (canonisée en 1915) et une ode aux faits d’armes de la France.
L’inspiration en est élevée et le message délivre sérénité, espoir, réconciliation et humanité.
Théodore Dubois (1837-1924).
Le compositeur refait surface aujourd’hui après une longue période d’oubli. Son retour au cœur de la musique de son temps, au milieu de ses pairs, s’est amorcé et, depuis quelques années, il reprend sa place parmi les compositeurs de la période charnière entre le 19ème et le 20ème siècle.
Personnage important de la vie musicale française, Théodore Dubois n’eut pas que des amis. Par sa droiture, sa franchise, son horreur de l’injustice et de l’intolérance, son attachement à la tradition, il s’attira les foudres de certains milieux influents radicalement tournés vers la nouveauté et fut victime de quelques cruelles cabales.
Il dit lui même…
“A propos de mes compositions, il me semble avoir déjà dit que je ne croyais pas que l’on eût toujours été juste et équitable à mon égard… cependant, j’ai comme une certitude que si, plus tard, après moi, elles tombent sous les yeux de musiciens et de critiques non prévenus, un revirement se fera en ma faveur !“
Cette messe de la Délivrance laisse à penser que Théodore Dubois est un des compositeurs importants de cette période et que la redécouverte de son catalogue nous réserve de belles surprises.

 

 

 

 

Achetez vos billets